naturolearning

NaturoLearning

Reconversion : Comment devenir sophrologue

Reconversion : Comment devenir sophrologue ?

« 11 millions de Français » ont opté pour la sophrologie ces dernières années, une discipline des médecines douces en plein essor, particulièrement depuis la période post-Covid. Cette demande croissante se traduit par une augmentation du nombre de professionnels dans le domaine, attirés par les valeurs enrichissantes de cette pratique.

En effet, nombreux sont ceux qui décident de quitter leur emploi pour se reconvertir en sophrologue, séduits par l’idée d’aider les individus à gérer leurs émotions et à améliorer leur sommeil grâce à une approche holistique et saine. Cependant, avant de se lancer dans cette aventure, il est crucial de comprendre les réalités du métier. Cet article vise donc à éclairer tous les aspects de cette profession passionnante ainsi qu’à indiquer la démarche à suivre pour devenir sophrologue.

Description du métier

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie, créée par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, combine des techniques verbales et non tactiles pour harmoniser la conscience. Elle utilise des exercices de respiration, de décontraction musculaire et de visualisation pour favoriser le bien-être et libérer le potentiel individuel. En favorisant la connaissance de soi, elle aide à affronter les défis quotidiens avec calme et assurance.

Qu’est-ce qu’un sophrologue ?

Le sophrologue est un professionnel qui utilise les techniques de sophrologie pour aider ses clients à résoudre leurs problèmes. Il les guide vers une harmonie entre le physique et le psychique en les aidant à trouver en eux-mêmes les ressources nécessaires pour surmonter leurs difficultés. Ces trois principaux objectifs sont les suivants :

🔵 Aider les consultants à gérer les problèmes courants tels que l’anxiété, le stress et les troubles du sommeil. (96% des consultations)

🔵 Préparer les individus à des événements stressants tels que les examens, les concours ou l’accouchement (80 % des consultations)

🔵 Atténuer les phobies, les addictions et la douleur (50 % des consultations)

Comment procède le sophrologue ?

Le sophrologue agit dans le cadre de séances de consultation, qu’elles soient individuelles ou collectives, d’une durée généralement comprise entre 30 minutes et 1 heure 30. La séance se déroule toujours en 3 temps : Elle commence par une discussion avec le patient afin de définir l’objectif de la séance. Ensuite, le sophrologue guide les participants à travers une série d’exercices pour les aider à atteindre cet objectif.

Ces exercices peuvent être soit des relaxations dynamiques (basées sur la respiration) soit des relaxations actives (focalisées sur la visualisation). Enfin, à la fin de la séance, il recueille les impressions des participants sur leur expérience. Il faut généralement compter 6 à 10 séances avec un patient pour réaliser son objectif.

🎯 Remarque : Le sophrologue, bien que la sophrologie soit une pratique reconnue en France (mais non réglementée), n’est pas membre du corps médical. Par conséquent, il n’est pas autorisé à poser de diagnostic ni à prescrire des traitements.

Quelles sont les compétences clés pour devenir sophrologue ?

Pour devenir un bon sophrologue, il est crucial de développer des compétences spécifiques afin d’accompagner les patients de manière efficace. Tout d’abord, il est primordial d’être à l’écoute des patients afin de comprendre leurs problématiques. Cette écoute attentive permettra d’adapter efficacement les exercices proposés pour résoudre leurs difficultés.

De plus, la tolérance et le respect sont essentiels pour instaurer un climat de bienveillance et de confiance avec les patients, favorisant ainsi leur engagement dans les exercices. De bonnes compétences oratoires, telles que savoir s’exprimer clairement et distinctement devant un groupe, sont également bénéfiques lors des séances pour garantir une compréhension précise des indications données aux patients.

Quelles sont les différents statuts ?

Le sophrologue dispose de plusieurs options de statut pour exercer son activité. Chacune implique des démarches administratives spécifiques, une fiscalité propre et un régime de retraite associé.

Choisir le bon statut juridique revêt une importance capitale dans le lancement de son activité, et il doit être fait en fonction du profil, de la personnalité et de la capacité du futur sophrologue à prendre des risques, et surtout à les assumer. Cette section a pour vocation de vous montrer les principales possibilités en matière de statut :

Les statuts de travailleur indépendant :

🔵 L’autoentrepreneur (plus de 80% des sophrologues) : Simple et peu contraignant, idéal pour démarrer rapidement une activité sans frais importants.

🔵 Le statut déclaré-contrôlé : Régime spécifique offrant un cadre adapté pour les activités libérales à domicile, permettant une régulation de l’activité tout en conservant une certaine autonomie. (moins de 5% mais deuxième le plus utilisé )

🔵 L’EIRL (moins de 5%) : Permet de protéger son patrimoine personnel en affectant un patrimoine professionnel spécifique à l’activité.

🔵 L’EURL (moins de 5%) : Offre une responsabilité limitée au capital investi et permet à une seule personne de créer une société avec peu d’apports en capitaux.

🎯 Remarque : Avant de se lancer dans sa propre activité, il est crucial de prendre en compte le fait que cela nécessitera beaucoup de temps et exigera des compétences au-delà de celles d’un simple sophrologue. Il sera essentiel de maîtriser des aspects tels que la communication pour se faire connaître et développer une clientèle, ainsi que de gérer des tâches administratives et fiscales. Les conditions financières peuvent être ardues au début, il est donc primordial d’être prêt à assumer ces contraintes.

Les statuts de travailleur salarié :

🔵 Le portage salarial : Permet d’exercer une activité indépendante tout en bénéficiant d’un statut de salarié, avec un tiers prenant en charge la gestion administrative.

🔵 La coopérative : Offre la possibilité de travailler en tant que salarié au sein d’une structure coopérative, bénéficiant ainsi de certains avantages sociaux.

🔵 Salarié dans une entreprise du type (hôpital, établissement scolaire, entreprise) : Statut de salarié classique, avec les avantages et inconvénients liés à l’emploi en entreprise.

Les statuts en Association

🔵 L’association à but non lucratif : Permet d’exercer une activité dans un cadre non lucratif, souvent utilisé pour des activités bénévoles ou caritatives.

Contexte et Clientèle

Les sophrologues exercent généralement dans deux types de contextes avec des clientèles distinctes et des objectifs spécifiques. Dans un cadre privé, que ce soit en cabinet ou au domicile des particuliers (pratiqué par 75% et 45% des sophrologues respectivement), les séances sont principalement individuelles et axées sur des objectifs précis. Le client est généralement un particulier cherchant un accompagnement personnalisé.

En revanche, dans des environnements professionnels tels que les entreprises, les associations et les structures médicales (pratiqués respectivement par 30%, 25% et 18% des sophrologues), les séances sont souvent collectives, visant des objectifs plus larges comme la réduction du stress ou l’amélioration de la cohésion d’équipe.

Situation géographique

Ville ou Campagne ? Les sophrologues exercent de manière relativement uniforme dans diverses agglomérations, avec une légère préférence pour les petites villes et les métropoles. En ce qui concerne la répartition géographique, bien que l’Ile-de-France enregistre une concentration notable (plus de 20%), les sophrologues sont généralement présents dans l’ensemble du pays.

Quelle formation suivre pour devenir sophrologue ?

Pour devenir sophrologue en France, il n’est pas nécessaire d’obtenir un diplôme spécifique, car la profession n’est pas réglementée. Cette caractéristique facilite la reconversion professionnelle, car les études de médecine ne sont pas obligatoires.

Pourquoi suivre une formation ?

Il est primordial de suivre une formation pour acquérir les compétences requises pour exercer le métier. Voici un aperçu des avantages qu’une formation peut vous offrir :

🔵 Nature et fonction : Comprendre le rôle de relaxation et gestion du stress.

🔵 Ses champs d’action : Exploration des domaines d’intervention.

🔵 Ses champs d’application : Applications variées en santé, sport, éducation, travail, etc.

🔵 Ses limites : Reconnaissance des limites de compétence.

🔵 Son éthique : Respect des principes éthiques et déontologiques.

🔵 Apprendre à développer et gérer une clientèle : Acquisition d’outils.

Par ailleurs, détenir une certification est fortement recommandé pour renforcer sa crédibilité auprès des clients, notamment dans le contexte d’une pratique indépendante en entreprise ou lors de recherches d’emploi salarié, où cette reconnaissance est souvent essentielle aux yeux des employeurs.

Disparités dans les formations en sophrologie

Si vous avez déjà exploré les divers programmes de formation pour devenir sophrologue, vous avez sûrement remarqué les variations significatives en termes d’approche, de durée et de contenu.

Ces écarts s’expliquent par le fait que certains centres de formation se concentrent davantage sur les techniques fondamentales d’Alfonso Caycedo, mettant l’accent sur une pratique approfondie et immersive de la sophrologie, tandis que d’autres se focalisent sur les aspects pratiques du métier tels que la conduite de séances, le développement de la clientèle, etc.

🎯 Remarque : Les diverses approches de formation en sophrologie peuvent être pertinentes voire complémentaires, étant donné que certains parcours de formation offrent des contenus variés. Ce qui importe avant tout, c’est la qualité du centre de formation. Concentrez-vous donc principalement sur cet aspect lors de votre choix.

Les Formations certifiées RNCP en sophrologie

Être titulaire d’une formation sanctionnée par un titre RNCP est fortement recommandé pour les sophrologues aspirant à une reconnaissance professionnelle solide. Cette certification atteste d’un niveau de compétence évalué et reconnu par les normes établies par France Compétences.

Pour obtenir ce titre, il est nécessaire de suivre une formation dispensée par une école agréée, dont les référentiels de compétences sont validés par un organisme certificateur. Bien que non obligatoire, cette certification confère un avantage certain sur le marché du travail, offrant une garantie quant au niveau de qualification du sophrologue. Les établissements habilités à délivrer cette certification sont répertoriés sur le site de la Chambre Syndicale de la Sophrologie.

🎯 Remarque : Une formation sérieuse nécessite généralement un minimum de 440 heures. La durée de ce programme varie de 6 mois à 1 an, selon que la personne en reconversion professionnelle maintienne son activité professionnelle en parallèle ou se consacre à temps plein à la formation. N’hésitez pas lors de la construction de votre projet professionnel en sophrologie à demander des conseils pour choisir la bonne formation.

Quel est le salaire moyen d’un sophrologue ?

On parle généralement de salaire dans le contexte de la profession de sophrologue, cependant, comme précédemment mentionné, il serait plus approprié de parler de rémunération étant donné que la grande majorité des sophrologues sont salariés. Dans cette section, nous examinerons les différentes situations.

Le revenu d'un sophrologue salarié

Lorsqu’un sophrologue est employé par une institution, il perçoit un salaire mensuel brut qui varie en fonction de plusieurs facteurs, tels que son niveau d’expérience et la renommée de l’établissement. Pour un débutant, ce salaire se situe généralement entre 1500 et 2000 € brut par mois, et peut évoluer jusqu’à 2500 – 3500 € brut mensuel avec l’expérience et une reconnaissance accrue dans le domaine.

Le revenu d’un sophrologue en libéral

Lorsqu’un sophrologue exerce en tant que praticien libéral, son revenu mensuel est déterminé par le tarif qu’il fixe pour ses services et le nombre de séances qu’il réalise. Après cela, il doit déduire les charges et les cotisations sociales. Comme vous pouvez l’imaginer, il est plus aisé de se constituer une clientèle en milieu urbain et d’atteindre un volume de consultations conséquent, bien que cela puisse impliquer une adaptation des tarifs en raison d’une concurrence plus forte. En revanche, dans les petites villes et les villages, la dynamique est différente.

Ainsi, la rémunération peut varier selon le lieu d’exercice. À titre d’illustration, à Paris, un sophrologue indépendant peut anticiper un revenu moyen mensuel oscillant entre 2 000 € et 3 100 €, mais pour un novice, cela peut prendre du temps avant de bâtir une clientèle solide et de se faire connaître.

🎯 Remarque : Si vous voulez devenir sophrologue et exercer en tant que praticien libéral, n’oubliez pas qu’il est possible de bénéficier de l’ACCRE. Ce dispositif permet de réduire les charges sociales au cours des premières années d’activité, ce qui constitue un véritable coup de pouce pour démarrer votre entreprise.

Comme vous l’aurez compris, votre rémunération en tant que praticien libéral dépend grandement du prix de la consultation. Voici quelques chiffres sur les tarifs des consultations, provenant du site de la Chambre Syndicale de la Sophrologie.

🔵 75% des sophrologues facturent leurs consultations individuelles en cabinet entre 40 et 60 euros.

🔵 90% d’entre eux facturent entre 10 et 30 euros par personne lors de séances de groupe.

🔵 75% d’entre eux facturent un tarif compris entre 50 et 150 euros par heure aux entreprises.

Peut-on bien gagner sa vie uniquement avec le métier de sophrologue ?

60,73 % des sophrologues exercent cette profession en tant qu’activité principale. Ce chiffre met en lumière les défis qu’il peut y avoir à vivre uniquement de la sophrologie, notamment au cours des premières années d’exercice. En tant que complément de revenu, le sophrologue peut envisager plusieurs options :

🔵 Occuper un autre emploi à temps partiel.

🔵 Proposer des activités annexes (44,5 % des sophrologues le font), telles que l’hypnose, la méditation ou la relaxation.

🔵 Devenir formateur pour enseigner aux nouveaux sophrologues.

🎯 Remarque : Le sophrologue peut également choisir de se spécialiser dans une discipline spécifique de la sophrologie. Certaines formations offrent cette possibilité, telles que la spécialisation dans le traitement des acouphènes, l’accompagnement des adolescents ou encore la thérapie sexuelle. Cette spécialisation lui permettra de se démarquer des autres sophrologues et potentiellement d’attirer davantage de clients ayant des besoins spécifiques dans ces domaines.

Les évolutions de carrière possibles

Les opportunités d’évolution sont quasiment les mêmes que celles que vous pouvez mettre en place pour diversifier votre offre (activités annexes, formation, spécialisation), à ceci près que vous avez également la possibilité, avec l’expérience que vous avez acquise, de développer votre propre structure si vous êtes salarié, ou de changer de statut de manière générale. Avec le temps, vous développez également votre clientèle, ce qui vous permettra de mieux gagner votre vie.

Est-ce difficile de devenir sophrologue ?

La reconversion en sophrologie est souvent couronnée de succès, en grande partie parce que les formations ne nécessitent pas de prérequis médicaux et que les individus qui les entreprennent sont généralement motivés, ce qui se traduit par des taux de réussite élevés. De plus, bien que les débuts en tant que sophrologue puissent être difficiles, c’est souvent une reconversion fructueuse car :

🔵 95,28 % des sophrologues qui ont lancé leur activité exercent toujours à ce jour.

🔵 99,43 % des sophrologues témoignent apprécier leur métier et se sentir épanouis dans leur pratique.

Comment amorcer sa reconversion professionnelle en sophrologue ?

Voici les étapes à suivre pour devenir sophrologue, maintenant que vous avez une meilleure compréhension du métier :

Rédiger son projet professionnel : Définir ses motivations et sa vision de la sophrologie.

Faire une formation pour devenir sophrologue : Choisir un programme reconnu et certifié.

Choisir son statut juridique : Décider entre auto-entrepreneur, indépendant ou société.

Faire une étude de marché : Analyser la concurrence, comprendre les besoins locaux, identifier sa clientèle cible.

Sélectionner les prestations que l’on souhaite proposer : Déterminer les services à offrir (séances individuelles, ateliers, formations, etc.).

Lancer son activité de sophrologue : Mettre en place une stratégie de marketing et commencer à proposer ses services.

🎯 Remarque : Nous vous invitons à consulter nos autres articles sur la reconversion en sophrologie pour obtenir des détails plus approfondis sur chacun de ces sujets.

Reconversion en sophrologue : les avantages et inconvénients

🟢 Avantages :

🔴 Inconvénients :

✅ Secteur en plein essor avec une demande croissante.

✅ Métier enrichissant centré sur l’humain et le développement personnel.

✅ Accessible sans diplôme spécifique.

🔴 Inconvénients :

Concurrence forte due à l’absence de réglementation.

Amplitudes horaires étendues en libéral, avec des consultations possibles en soirée et le week-end, nécessitant une disponibilité importante.